L’hypertension artérielle à Madagascar

Publié le par Alain GYRE

L’hypertension artérielle à Madagascar

35% des adultes en souffrent : Halte aux aliments gras et salés

mercredi 29 juillet 2015, par Randria M.

L’hypertension artérielle à Madagascar

L’Institut Pasteur à Madagascar (IPM) a présenté le résultat de son étude sur l’hypertension artérielle. Selon cette étude, c’est la principale cause des maladies vasculaires cérébrales et les citadins sont les plus menacés. Cela est dû à leur régime alimentaire troublé par la multiplication des « bouffes rapides », des snacks et des divers produits chimiques. En effet, les citadins consomment trop de sel et d’aliments qui contiennent beaucoup de graisse.

Rappelons que l’hypertension artérielle se mesure par la pression artérielle ; « la pression artérielle varie selon chaque individu, par exemple pour une personne âgée, c’est à peu près 14 mais normalement elle devrait varier entre 11 et 12 » explique une infirmière. L’hypertension est héréditaire mais comme il a été dit, l’alimentation quotidienne et les modes de vies (alcool, tabac, stress,…) peuvent constituer des menaces.

En 2014, le ministère de la Santé à Madagascar a publié les chiffres sur l’hypertension artérielle montrant que 35% des adultes malgaches sont concernés par cette maladie et 28% des citadins sont touchés.

Pas que les citadins

L’IPM effectue actuellement une étude à Moramanga ; les prises de tension artérielle dans chaque ménage ont révélé que ce ne sont pas seulement les citadins qui en sont victimes. Les habitants en milieu rural sont également de plus en plus menacés et la majorité des décès sont causés par l’hypertension artérielle. Notons que c’est une étude en cours.

Le projet Médali de l’IPM en 2013 portant sur des études épidémiologiques a même trouvé que l’Accident Vasculaire Cardiaque est plus dangereux que le paludisme. Selon les résultats, 16,8 % sur 86 décès sont des victimes des maladies cardio-vasculaires, 14% étaient dus au paludisme.

Même les enfants

En général, les diabétiques, les personnes touchées par l’hypertension, les fumeurs, les personnes âgées de plus de 40 ans sont les victimes majeures de la maladie cardio-vasculaire. Mais les enfants sont aussi affectés. L’insuffisance rénale, les problèmes neurologiques et les problèmes cardiaques sont liés à l’AVC chez l’enfant de moins de 15 ans. Une situation méconnue des parents car l’enfant présente rarement des symptômes. Les pédiatres conseillent ainsi aux parents de faire des diagnostics et faire la prise de tension artérielle une fois par an pour les enfants. Si le traitement se fait régulièrement, l’enfant ne devrait pas subir des complications quand il sera adulte. « Normalement, la tension artérielle chez l’enfant ne doit pas dépasser les 9, une pression de 11 montre que l’enfant est tendu. Mais comme je l’ai dit, cela varie en fonction de chaque individu, s’il peut supporter ou pas », précise l’agent de santé.

D’autre part, les modes de consommation devraient être régulés, par exemple opter pour les fruits et les légumes pour varier ses aliments, pratiquer le sport, limiter le sel, l’alcool et le tabac.

L’on pense souvent que les mesures prises pour la santé publique ne sont que des conseils futiles ; pourtant tous les éléments touchants la vie de la société sont interdépendants. L’on cherche éperdument des moyens pour éradiquer la pauvreté, pour gagner de l’argent mais avant d’arriver à ce point, il faudrait revoir son bien être intérieurement. Cela permettrait à la personne d’être active dans ses propres activités, allant même jusqu’aux activités économiques de sa région. Mais il est vrai que les moyens doivent d’abord être mis à la disposition de chaque personne.

http://www.madagascar-tribune.com/

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article