Du doute à l’hostilité ouverte face à l’Union française

Publié le par Alain GYRE

Du doute à l’hostilité ouverte face à l’Union française

08.11.2017 Notes du passé

Si au début, Ny Fandrosoam-baovao de Gabriel Razafintsalama se déclare favorable à l’Union française lorsque celle-ci est acceptée par Ho Chi Minh lors de l’accord du 6 mars 1946, très vite le journal ne cache pas son scepticisme quant aux avantages procurés par l’institution, relate Lucile Rabearimanana (lire précédentes Notes). « Nous refusons de mettre l’indépendance de Madagascar entre les mains d’une Union française dont on ignore tout. On ne sait pas si elle conduira à la liberté ou si elle mènera à l’asservissement. C’est l’obscurité où l’on ne voit guère de porte de sortie… » (Ny Fandrosoam- baovao du 26 avril 1946).

Puis du doute, il passe à l’hostilité ouverte, « lorsque les relations entre le gouvernement d’Hanoï et celui de la France se détériorent avec leurs divergences de vues sur l’accord  de mars 1946 ». En effet, « alors que les Vietnamiens considèrent l’adhésion à l’Union française comme une étape vers l’indépendance, les dirigeants métropolitains n’envisagent aucune évolution du Vietnam en dehors du bloc français », indique l’historienne. Le porte-parole des nationalistes modérés décèle ainsi « une manœuvre politique de grande envergure : on nous lie d’abord avant de penser à notre liberté… On nous introduit d’abord dans le parc à bœufs pour qu’on puisse nous donner facilement des ordres. Il sera alors facile d’accuser de rébellion tous ceux qui s’agiteront et qui veulent sauter par-dessus la clôture » (livraison du 23 aout, 1946). Il se déclare toujours favorable à une indépedance progressive, mais à l’extérieur de l’Union française.

Il est d’autant plus convaincu de la justesse de son analyse après les déclarations du ministre de la France d’Outre-mer, Marius Moutet, qui précise dans une circulaire adressée aux gouverneurs généraux, que « l’Union française est la solution adaptée à la situation nouvelle de l’empire colonial après la guerre ». Et Ny Fandrosoam-baovao désapprouve les députés malgaches qui, suivant l’exemple de la République démocratique du Vietnam, déposent le 21 mars 1946 à l’Assemblée constituante, une proposition de loi qui tend à faire de Madagascar un « État libre ayant son gouvernement, son Parlement, son armée, ses finances au sein de l’Union française ».

Lucile Rabearimanana fait d’ailleurs remarquer que l’Union française rencontre, finalement, sinon l’hostilité du moins la méfiance de bon nombre de nationalistes malgaches avant même de recevoir une quelconque application. Mais l’attitude de Ny Fandrosoam-baovao change « radicalement » après l’insurrection et la répression implacable qui s’ensuit. D’après l’historienne, en effet, dès début avril 1947, l’état de siège est établi. Le Mouvement démocratique de la rénovation malgache, MDRM, est aussitôt considéré comme responsable de l’insurrection et les parlementaires sont arrêtés ainsi que des milliers de membres du parti qui est, du reste, dissous en mai. De même, « toute vie politique digne de ce nom disparait et la presse est à nouveau muselée ».Toujours présente sur la scène politique de la Grande ile et conformément à sa stratégie habituelle de lutte, Ny Fandrosoam-baovao condamne évidemment le mouvement.

Opposé à toute forme de violence, partisan du respect de la légalité, le PDM signe un appel au calme lancé à la population avec d’autres groupements politiques ou syndicaux de tendance nationaliste, comme le Mouvement social malgache, le Groupe d’études communistes, la Confédération  générale des travailleurs, la Ligue des droits de l’homme, la Ligue des anciens combattants… Et ce, pour éviter un heurt entre « le pot de terre »- le peuple militairement faible- et le « pot de fer », car « la vaillance ne suffit pas ».

Ainsi, constatant la nécessité de négocier avec les autorités, le porte-parole du PDM « multiplie les déclarations de confiance envers les dirigeants français locaux ». On peut alors lire que Marcel de Coppet, haut commissaire depuis 1946, est une « figure lumineuse émergeant de l’obscurité provenant des troubles », lorsqu’il ne proclame l’état de siège que dans les zones insurgées et non dans les grandes villes comme le demandent les colons français et le parti des déshérités de Madagascar, Padesm. Sa politique est approuvée par le journal car « il n’a pas fait de répression aveugle… et a voulu entendre les opinions des Malgaches ». Les éloges s’adressent aussi au gouvernement métropolitain qui commence à donner un début d’exécution à sa politique d’émancipation des anciennes colonies. Bref, le journal « a foi en sa générosité et en sa grandeur ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/du-doute-a-lhostilite-ouverte-face-a-lunion-francaise/

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article