A TRISTAN DEREME - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

A TRISTAN DEREME

 

Ce livre comment imprimé

renferme-t-il quelques poèmes

qu vous puissiez en France aimer,

            cher poète Derème ?

 

– Mais, las des grands soleils de feu

qui brûlent les monts d’Iarive ;

las de nos lunes, or gris-bleu

            dans la forge tardive

 

de notre azur de pourpre ; las

de voir le même paysage

fait de ficus et de lilas,

            et de touffes sauvages, –

 

vers l’Occident j’ai fait voguer

mon âme ardente et nostalgique

ainsi que mon coeur fatigué

            d’entendre la musique

 

toujours la même des aïeux,

pensant avoir ainsi plus belle

la voix dont enchanter les dieux,

            et plus pure et nouvelle.

 

Insensé ! Les voici-t-ils pas

revenus ? Pour toute fortune,

ils ne m’offrent que le trépas

            de leur force commune ?

 

Ah ! puissent-ils se retremper

dans l’air de la terre ancestrale

et recouvrer leur entité

            sous la lumière australe !

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – XXVIII - XXIX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article