Au Soleil estival 1 - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Au Soleil estival

(fragment)

pour Charles Maurras.

1

 

Tel, du cœur végétal, tu suscites la sève,

la jeunesse de l’arbre et la saveur du fruit,

ô soleil salué par le vent qui se lève

d’une ombre où l’on entend la fuite de la nuit,

 

tel, pénètre mon sang et mûris ma pensée :

je suis né sous ton signe ardent, et j’ai grandi

ainsi que nos palmiers à la voûte élancée,

dans l’ivresse de la gloire de tes midis ;

 

et pour que mon chant soit l’enfant de ta lumière,

pour qu’il recouvre l’âme éternelle et première

des chantres d’Iarive ivres de ta splendeur,

 

nourris-le, nourris-le, dans ta coupe enchantée,

du lait d’une sauvage et nouvelle Amalthée,

et que mon cœur, soleil, vibre de ton ardeur !

 

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – LXXIX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article