Les habitants de la côte Est vus par La Salle

Publié le par Alain GYRE

Les habitants de la côte Est vus par La Salle

25.01.2018 Notes du passé

Betsimisaraka, « les nombreux qui ne se séparent pas ». Pour­suivant sa présentation des « Notes sur Madagascar (Côte Est et Imerina) » du traitant Jacques de La Salle recueillies par d’Unienville en 1816, J.-C. Hébert parle de ce peuple après les Antavaratra (revue historique  Omaly sy Anio, premier semestre 1980). Donnant quelques extraits, il rapporte que « le peuple betsimisaraka est très industrieux, commerçant et voyageur, fidèle à ses serments guerriers. Il est gouverné par un chef malate résidant à Foulpointe qui a la prépondérance depuis le cap de l’Est jusque chez les Bétanimènes. Il doit cette prépondérance à ses relations avec les Européens. »

Le pays est généralement divisé en districts gouvernés par de petits chefs plus ou moins puissants, mais tributaires de Tsimirelaza, chef de Foulpointe. Ce dernier est « un homme doux, affable et juste, aimé des Blancs et des naturels, mais souvent tracassé par l’envie de quelques autres Malates ». Le territoire fait un grand commerce de riz, de pagnes, de rabanes, d’esclaves venant d’Imerina, de Mahajanga et de Foulpointe même. On y rencontre une centaine d’Arabes, « un chiffre élevé à l’époque et qui traduit l’importance du commerce arabe y est important », indique J.-C. Hébert.

Voisins des Betsimisaraka, les Betanimena ont trois chefs, résidant à Ivohitra, affluent de l’Iaroka, à Maromandia et à Manampotsy au Sud. « Ce sont des espèces de républiques toujours en mésintelligence », soulignent les « Notes ». Le nom des Betanimena signifie « beaucoup de terre rouge » qui leur serait venu à la suite d’un combat contre les Betsimisaraka. Ils se seraient enfuis couverts de boue. Hébert déclare que les « Notes » laissent entendre que l’appellation pourrait se référer au caractère pédologique du sol. Il signale que la terre argileuse utilisée dans la fabrication des poteries cuites est très appréciée et ils en font commerce à l’époque. D’Unienville ajoute dans son « Essai sur Madagascar » que « le nom de cette nation lui fut donné par Dian-Zanahar, son vainqueur, qui obligea les hommes à trépigner les rizières d’Hi-Céritet dont ils sortaient couverts de la terre rouge des rizières. »

La Salle précise aussi que, depuis le pays de Lamboina et des Sakalava jusque chez les Betanimena, les épreuves de justice se font par le tanguin. Plus au Sud, elles se font par le fer rouge sur la langue.

Les Antatsimo, « ceux du Sud » (du pays betanimena) sont gouvernés par différents chefs dont les principaux sont à Mahanoro (qui rend heureux), à Ambodihara (au pied des rochers) et à Sakaleona (situé sur la rivière du même nom). Selon La Salle, ils sont gouvernés comme les Betanimena, mais ils sont moins nombreux du fait de l’émigration car s’ils sont « assez francs, laborieux», ils sont aussi « inconstants ». Les femmes se couvrent de nattes, tandis que les hommes se vêtent d’une « écorce d’arbre battue » qui sert aussi à fabriquer du mauvais papier.

Près d’eux, vivent les Antam­bahoaka, installés sur les bords du Mananjary. Ils forment un peuple peu nombreux dont le seul chef réside à l’embouchure du fleuve. C’est un peuple venu d’Arabie qui connait l’écriture, mais il a de la peine à lutter contre les Antemoro, ses voisins. Ils ne mangent pas de porc et ne consomment que de la viande de bœuf Al Halal.  Les Antemoro, eux, sont également dirigés par un « chef principal » mais électif. Ils le rendent responsable des échecs des activités agricoles et d’élevage et ils le déposent dans ce cas pour en choisir un autre.

L’énumération d’Unienville dans son « Essai… » est beaucoup plus longue que celle que lui a dictée La salle. Elle comporte les vrais Antatsimo, les Antam­bahoaka, les Antemoro et Matitanana, les Antefasy, les Antesaka, les Antanosy, les Ampatra, les Masikoro, les Karimbola et les Siveha. Hébert pense les dernières dénominations sont vraisemblablement empruntées à Flacourt. La Salle lui se contente de citer les « vrais Antatsimo », les Antambahoaka et les Antemoro. « C’est la preuve qu’il n’avait décrit que les peuples qu’il connaissait et partant, qu’il n’était jamais allé à Fort-Dauphin comme l’imposteur qui a emprunté son nom, l’a affirmé faussement.

Les Notes viennent ici réfuter la paternité de La Salle attribuée au Mémoire édité par Jully », conclut J.-C. Hébert (lire avant-dernière Note).

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/les-habitants-de-la-cote-est-vus-par-la-salle/

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article