Madagascar : Lucien Botovasoa, instituteur malgache décapité en 1947, a été béatifié

Publié le par Alain GYRE

Madagascar : Lucien Botovasoa, instituteur malgache décapité en 1947, a été béatifié

Mercredi 18 Avril 2018

Ramose Lucien Botovasoa, instituteur malgache décapité en 1947, a été béatifié dimanche lors d’une grande cérémonie dans son village natale de Vohipeno, au Sud-Est de Madagascar.

Hery Rajaonarimampianina s'est rendu à la cérémonie de béatification (photo : L'Express Mada)

 

Ce père de famille qui a consacré sa vie à sa foi est décédé le 17 avril 1947 à l’âge de 39 ans lors de l’insurrection. L’instituteur avait refusé d’intégrer les mouvements politiques PADESM -Parti des déshérités de Madagascar- et le MDRM. Lucien Botovasoa a été décapité en haine de la foi catholique. Il n'a été reconnu comme martyr par le Saint siège qu'au mois de mai 2017. 

Ce dimanche, le martyr, "qui a tout fait pour mieux glorifier Dieu", a été fait bienheureux. Pendant sa messe de béatification, l'exemplarité de ce dernier a été mise en avant. "Les discours sont unanimes sur le fait que la vie, mais aussi la mort de Ramose Lucien Botovasoa, sont un exemple à suivre pour l'ensemble de la nation malgache", comme le souligne l'Express de Madagascar. 

La Conférence des Evêques de Madagascar évoque un homme simple, honnête et intègre. Il disposait d'une foi incomparable, qu'il transmettait à tout son entourage, aussi bien sa famille, qu'à ses élèves.

C'est pourquoi la cérémonie de dimanche s'est déroulée en toute simplicité. De nombreuses personnalités politiques et religieuses ont fait le déplacement pour rendre hommage à cet homme et à cette vie exemplaire. 

"Faisons en sorte que notre foi ait des impacts positifs sur la vie de l'Eglise et de la Nation", a précisé monseigneur Désiré Tsarahazana, président du CEM, à L'Express de Madagascar. 

https://www.zinfos974.com/Madagascar-Lucien-Botovasoa-instituteur-malgache-decapite-en-1947-a-ete-beatifie_a126539.html

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article