Filière soja: La consommation en hausse

Publié le par Alain GYRE

Filière soja: La consommation en hausse       

Samedi, 07 Septembre 2013

Le soja est de plus en plus vendu sur le marché de la capitale et dans quelques villes du pays. Il est proposé sous forme de poudre non encore cuite, ou associé à de la poudre de cacao ou encore sous forme de poudre sucrée à consommer telle quelle. Le sachet s'achète entre 500 et 2 000 Ar selon son poids. Pour l'heure, ce commerce se fait dans l'informel mais il intéresse de plus en plus de consommateurs étant donné les vertus associées au soja dont sa teneur en oligo-éléments essentiels pour la santé, sa capacité à dilater les vaisseaux et donc à diminuer les risques occasionnés par le mauvais cholestérol… Outre le secteur informel, il faut aussi noter que des boutiques de bien-être proposent des préparations à base de soja. Il en est de même de certains remèdes concoctés par des tradipraticiens. Bref, le soja est en vogue sur le marché local depuis ces dernières années, s'il était seulement consommé pour remplacer le café par certaines personnes auparavant. Mieux, des gargotes chinoises voient le jour ces dernières années dans la capitale et proposent des produits à base de soja dont différentes formes de pâtes, du tofu (ou fromage de soja), des steaks de soja, etc. Du jus de soja est également vendu dans les rues. Des supermarchés en proposent aussi mais emballé dans des bouteilles en plastique.

Tous ces produits sont fabriqués localement. Mais d'après les données officielles, Madagascar ne produit que 4 000 t de soja par an. Avec l'élargissement du marché pourtant, la production devrait connaître un essor important et procurer aux paysans une activité génératrice de revenus supplémentaire. Il faut d'ailleurs noter que le soja peut aider à la lutte contre l'insécurité alimentaire. Il est riche en protéine et son prix est nettement inférieur comparé aux autres sources de protéines comme la viande et le poisson dont le kilo démarre à 6 000 Ar dans la capitale. A ce prix-là, 9 Malagasy sur 10 ne peuvent pas se permettre d'acheter de la viande ou du poisson étant donné que leur revenu quotidien n'atteint même pas 4 000 Ar. C'est ce qui explique l'insécurité alimentaire qui affecte bon nombre de population. Une situation qui se traduit par une faim quasi-permanente, une baisse de la productivité et donc un manque à gagner en termes de revenu… Autrement dit, l'insécurité alimentaire participe à l'appauvrissement des gens déjà pauvres. Le soja est l'un des produits qui pourrait venir à bout de cette cascade de problèmes socioéconomiques.

 

D'ailleurs, c'est une plante facile à cultiver et différentes variétés adaptées aux climats, aux sols et aux conditions de culture sont proposées sur le marché. Le rendement théorique moyen est de 2,5 à 3 t/ha. Les problèmes d'accès au foncier, de financement du monde rural et la faible productivité sont parmi les obstacles au développement de la culture de soja à Madagascar. Il faut toutefois noter qu'à part les différentes préparations citées plus haut, le soja peut être transformé en huile alimentaire. Il entre aussi dans la fabrication de margarine, de vinaigrettes, etc. Actuellement, le marché international risque de s'emballer avec la sécheresse qui sévit aux Etats-Unis, un des grands producteurs mondiaux. Les analystes tablent ainsi sur un rebond des prix qui pourraient atteindre le record de 2012 proche des 18 US$ le boisseau, soit dans les 1 325 Ar/kg.

 

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article