Lutte contre l’érosion: Les paysans protégés par les bonnes pratiques agricoles

Publié le par Alain GYRE

Lutte contre l’érosion: Les paysans protégés par les bonnes pratiques agricoles       

Jeudi, 29 Août 2013

    « 41.198 Ha de terre cultivée sont protégés contre l’érosion à l’heure actuelle, suite au Programme de Lutte Antiérosive (PLAE) grâce auquel 13.000 paysans jouissent de ses avantages. A l’heure actuelle, 2 millions d’arbres ont été plantés dans le cadre de ce programme », a affirmé Roland Ravatomanga, ministre de l’Agriculture hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano, lors de la présentation des résultats de travail au cours des dernières années.

    Le PLAE a pour but de protéger les champs cultivés et partant d’améliorer la vie de la population rurale. Non seulement, la lutte contre l’érosion est en place, mais les techniciens enseignent aux agriculteurs la meilleure pratique, c'est-à-dire la bonne méthode en terme de technique et de moyen afin d’augmenter la production.

    Ce programme participe également à l’autonomisation des paysans. Hormis les 13.000 agriculteurs bénéficiaires, 9 structures faîtières des organisations paysannes sont actuellement constituées pour la relève en vue de la pérennisation des actions. Ce qui signifie que les paysans ne sont pas obligé d’attendre des appuis ou des financements externes pour pouvoir développer. Cela donne en effet aux familles des agriculteurs une sécurité économique à long terme. Notons que les méthodes appliquées concernent la non-utilisation du feu, le maintien d’une couverture végétale permanente, le minimum de travail du sol et la rotation des cultures.

    Lors de la présentation, le ministre de l’Agriculture a confié que le PLAE est un dispositif mis en place pour que les paysans possèdent le droit légal de leurs terres agricoles. Les enquêtes menées par les experts agricoles confirment que plusieurs paysans ne disposent pas de papier administratif de leur territoire. Grâce à ce projet, 1.503 certificats et 202 titres fonciers ont été délivrés. Faut-il rappeler que la sécurisation foncière des champs rend les paysans responsables vis-à-vis de leur terrain et de leur environnement.

    Les régions Boeny, Amoron’i Mania, Atsimo Andrefana, Sava et Diana ont déjà bénéficié du programme dont le coût total s’élève à 10 millions d’euros. Le PLAE est financé conjointement par Madagascar et l’Allemagne et est censé prendre fin ce mois d’août. Une phase ultérieure est actuellement en cours de planification dont les principales composantes sont le reboisement villageois pour la production de bois d’énergie, la lutte antiérosive, l’agroforesterie et la sécurisation foncière.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article