Poème: "Tu te leurres" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

 

Tu te leurres,

Toi qui as l’air d’un petit oiseau

égaré dans la forêt neigeuse qui va

jusqu’à la poitrine de Tagore,

de Whirtman et de Jammes

qui remplacent le Christ sur ta couche,

puisque ce n’est pas la vieillesse du monde

ni celle du jour plusieurs fois millénaire

qui caresse ici sa barbe blanche

et épaisse comme l’oubli,

comme l’espoir et comme la brume des matins torrides,

là-bas, sur toutes les montagnes,

astrologue interrogeant les étoiles

et fumant une pipe en terre.

C’est sa jeunesse, ô mon enfant,

sa jeunesse éternelle :

métamorphosée

(peut-être, grâce au chant des poètes que tu préfères

et qui créent pour toi une religion

dans ce silence sans fond

peuplé de colonnes et de fleuves,

de vivants et de morts)

elle n’est plus que l’ombre de tout le passé

et n’écoute que le seul présent.

 

Sodoka hianao,

hianao izay toa voronkely

very ao anatin’ny ala rakotr’orampanala mizotra

hatreo an-tratran-dry Tagore,

sy Whitman ary Jammes

izay misolo an’i Kristy eo andoha-fandriananao

satria tsy ny fahanteran’izao tontolo izao

na ny an’ny andro efa mahatratra arivo taona maro

no misafosafo eto ny volombavany fotsy

sy matevina toy ny fanadinoana,

toy ny fanantenana sy toy ny zavon’ny maraina mangotra,

ery an-tampon’ny tendrombohitra rehetra,

mpanandro manontany ny kintana

sy manao katroka an-tany.

Ny fahatanorany io, anaka,

ny fahatanorany mandrakizay ;

miova endrika-

angamba noho ny hiran’ireo mpanao-tononkira maminao

izay mamorona fivavahana ho anao

ao anatin’ity fanginana tsy taka-polopolorina

onenan’andry sy ony,

sy velona sy maty-

aloky ny lasa rehetra izy sisa

ary tsy mihaino afa-tsy ny ankehitriny.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article