Poème: CYCLONE

Publié le par Alain GYRE

 

CYCLONE

 

Nous sommes en fin de matinée

La pluie martèle, le vent mugit

Des rafales de forte intensité

Balaient les flots devenus gris

Les vagues s’élèvent dans les airs

Toute la plage n’est plus que flotte

Les bateaux ont fui la mer

C’est la panique sur la côte

 

Toutes las cases de fortune

Ne sont plus que des débris

Les arbres de la commune

N’ont pas résisté à la pluie

Les familles désespérées

Cherchent vainement un abri

Tentant à tout prix d’échapper

A cette nature en furie

 

L’eau dévale et tourbillonne

Les rizières sont envahies

Suite au passage du cyclone

Les rivières sortent de leurs lits

La population s’entasse

Dans des salles déjà remplies

La famine, hélas menace

Certaines régions du pays

 

Que faire donc dans cette galère ?

Attendre, prier, rester soumis ?

Contrer la nature en colère

Dans un sursaut de survie

Le changement climatique

A des effets sur le pays

Ce phénomène dramatique

N’est pas prêt d’être fini

 

Blandine Jacquet Johasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article