Poème: FANANDRANA BY NIGHT - Arlette MAILLOT

Publié le par Alain GYRE

 

FANANDRANA BY NIGHT

 

Rivière de Fanandrana, où toutes  les vies se trament,

Lorsque tombe la nuit, tu retrouves ton âme.

Légères à la dérive, flottent les pensées d'eau.

Tu portes sur ton dos de fragiles fardeaux.

Des radeaux de bambou sont venus accoster

Près de berges d'argile, à l’abri des manguiers.

Les ombres se faufilent sur la rivière profonde,

Tout au long des sentiers, les arbres se confondent.

Dans les roseaux touffus, les oiseaux ont nichés,

Sous un voile de fumée, les villages sont cachés.

Salut heure paisible, heure de somnolence,

Le chant de la forêt s'estompe dans le silence.

Belle nuit qui commence, soit pleine de clémence

Pour les fronts soucieux, qui dorment dans l’espérance.

 

Arlette MAILLOT

Publié dans Poèmes, Arlette MAILLOT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article