Bonne Fête Nationale

Publié le par Alain GYRE

Bonne Fête Nationale

 

Photos: Musée de la photographie Madagascar

 

26 juin 1960. Proclamation de l'indépendance de Madagascar. Deux ans après la proclamation de la République démocratique de Madagascar au sein de la Communauté française, Madagascar accède à l'indépendance le 26 juin 1960.

 

L’hymne national malgache, adopté en 1958, a été écrit par Norbert Raharisoa et composé par le Pasteur Rahajason.

Paroles :

RY TANINDRAZANAY MALALA Ô

1er couplet

 

Ry Tanindrazanay malala ô !

Ry Madagasikara soa,

Ny fitiavanay anao tsy miala,

Fa ho anao ho anao doria tokoa.

 

Refrain :

Tahionao ry Zanahary

'Ty Nosindrazanay ity.

Hiadana sy ho finaritra

He ! sambatra tokoa izahay.

 

2ème couplet

Ry Tanindrazanay malala ô !

Irinay mba hanompoana anao.

Ny tena sy fo fanahy anananay,

'Zay sarobidy sy mendrika tokoa.

 

Refrain

 

3ème couplet

Ry Tanindrazanay malala ô

Irinay mba hitahiana anao,

Ka ilay Nahary izao tontolo izao

No fototra ijoroan'ny satanao.

 

Traduction en français :

 

Ô PATRIE BIEN AIMEE

 

1er couplet

Ô notre patrie bien aimée !

Ô belle Madagascar,

Notre amour pour toi reste,

Et demeure à jamais.

 

Refrain

Protège et garde, ô Créateur

Cette île de nos ancêtres.

Dans la sérénité et dans la joie

Et nous serons bienheureux.

 

2ème couplet

Ô notre patrie bien aimée !

Notre vœux est de te servir.

Notre corps, notre cœur et notre âme,

Ce qui nous est cher et précieux te sont dévoués

 

Refrain

 

3ème couplet

Ô notre patrie bien aimée

Notre vœux est de te protéger

Le créateur de l'univers

Est le pilier de notre engagement.

 

Hymne National de MADAGASCAR : ses valeurs culturelles.

 

De caractère noble, classique et spirituel, l'hymne patriotique de Madagascar "RY TANINDRAZANAY MALALA ô !" n'est pas uniquement un patrimoine national. Prestige et souveraineté obligent, il fait aussi partie intégrante de l'héritage mondial. Car, au même titre que "God save our gracious Queen", "La Marseillaise", "Oh ! Say can you see" ... Il jouit pleinement de son image de marque à travers le monde.

De par la planète : des salles, des stades, des rues, des places publiques, des endroits insolites ou privés, même de prestigieux lieux de culte ou culturels ont gardé jalousement et le vague à l'âme et le souvenir et l'écho de cette sympathique marche nationale malagasy. D'autant plus que par son état, il est un élément constitutif de la panoplie qui forment les mille et une facettes, composant ce si vaste répertoire de la musique classique.

A l'instar de son non moins prestigieux alter ego "Zanahary ô tahio ny Tanindrazanay", il est aussi d'une richesse et d'une profondeur remarquables.

RAHARISOA Norbert y mène dans les règles de l'art : l'harmonie, le contrepoint, la syncope, le contretemps ... Certains autres auteur-compositeurs d'hymne national semblent avoir ignoré une telle stratégie fonctionnelle. Les fans de Beethoven, de Mendelssohn, de Bach ... s'y reconnaîtront aisément. Quant à la structure polyphonique et choralistique, incontestablement elle est si élaborée, si riche ! D'ailleurs, cela fait partie de sa spécificité. Elle est unique en son genre. Sur ce point, aucun autre hymne national n'a son égal.

C'était en outre, l'un des critères requis et l'une des raisons pour laquelle il avait été plébiscité, sacré lauréat du concours, à l'origine.

Pourtant, imaginez-vous bien, même chanté en public, certaines oreilles malagasy non initiées au solfège s'y exécuteront toujours, de façon exacte, comme si de rien n'était. Cela ne révèle-t-il pas la surprenante et fine sensibilité artistique de toute un peuple, par nature ?

De par sa nature contrapuntique, à l'instar des chorales de J.S.BACH, notre hymne national se chante uniquement à quatre voix mixtes. Donc jamais à l'unisson comme ceux des pays occidentaux ... ni en solo; si non il perd tout son sens. D'ailleurs les Malagasy ont l'habitude de chanter toujours à trois ou quatre voix, même s'ils ne sont que trois ou quatre à chanter. Ils ont le sens de la mélodie et le rythme dans leur sang.

"Ô notre Patrie bien-aimée !", malgré qu'elle soit de nature patriarcale est toujours avenante. EIle adore tant dialoguer, être en osmose avec toutes les générations. A notre tour, essayons alors de découvrir sa beauté, sa richesse, ses symboliques, tout en respectant sa personnalité structurale. Car en parfaite pédagogue, en fin de compte, elle ne pourra que se donner généreusement à qui saura la dévoiler avec passion et finesse.

L'hymne national malagasy clame non seulement les souhaits, la bienveillance envers la nation, l'amour éternel, le culte, la beauté, la grandeur du pays ... Il proclame avant tout la grandeur de Dieu et la sagesse du peuple. Sans oublier l'aspiration naturelle et tout à fait légitime vers le bonheur et la prospérité générale, suivant les concepts de base même du "fihavanana" et du "firaisankina", les fondements de la philosophie malagasy. Car, en fait, il faut le reconnaître, tout être humain, quel qu'il soit, désire profondément cela aussi.

 

RY TANINDRAZANAY MALALA Ô ! est l'un des symboles de l'identité nationale malagasy.

Il est le fer de lance qui nous ouvre la marche, la tête haute.

Car, à la fois précurseur et visionnaire, notre hymne national nous dirige toujours, malgré tout, suivant la droiture, d'une main de fer dans un gant de velours.

 

Michel Ralaimazava‎EKAR Manontongana AMBATOLAMPY

RY TANINDRAZANAY MALALA Ô :

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article