Conte: Le sanglier et le chien

Publié le par Alain GYRE

 

 

Fable Tanala

Recueillie à Antsenavola i province de Mananjary).

 

Un jour un sanglier en quête de nourriture rencontra sur sa route un chien qui lui dit :

 « Où vas-tu ainsi ? Tu as l’air de revenir de la chasse et pourtant tu ne rapportes rien pour ta femme et tes enfants ?

- C’est souvent ainsi, repartit le sanglier. J'ai beau me mettre en quête, je ne trouve rien. »

Le lendemain, ils se retrouvèrent : le chien prit des rats et quelques hérissons; le sanglier fut aussi malheureux que la veille et dit au chien :

« Comment se fait-il, mon ami, que tu saches aussi bien chasser ?

- C’est que j’ai le flair. »

Le sanglier le supplia de lui vendre un peu de ce flair précieux, mais l’autre répondit :

« Je ne peux pas t’en vendre, mais je consens, si tu y tiens, à t'en échanger contre quelque chose.

- Contre quoi ?

- Quiconque désire posséder de ce flair me donnera en échange le plus âgé de ses fils.

- Cède m’en donc, s’écria le sanglier, et, en retour, quand je saurai bien chasser, je te livrerai le plus âgé de mes enfants, soit garçon, soit fille. »

Alors le chien prit du flair et le mit à l’extrémité du nez du sanglier.

Dès que celui-ci eut le fanafody, il s’en fut à la chasse et prit beaucoup de gibier.

Peu après, la laie eut des marcassins; le chien vint chez elle et lui demanda ce qui était convenu. Mais le sanglier n’y voulut pas consentir, et il s’enfuit; le chien furieux se mit à sa poursuite tout en criant :

« A moi ! A moi ! » ( i )

Voilà pourquoi le chien ne vit pas d’accord avec le sanglier, et pourquoi aussi, quand il accompagne quelqu’un à la chasse, il pousse toujours cet aboiement :

« A moi ! A moi ! »

 

  1. Ny ahy, ny ahy ! Le mien ! Le mien 1 (onomatopée).

Contes de Madagascar

Charles RENEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article