Conte: Le soleil, la lune, les étoiles et les poules

Publié le par Alain GYRE

 

Le soleil, la lune, les étoiles et les poules

Fable Tsimihety

Recueillie à Maroantsetra (province de Maroantsetra).

 

Il y a très longtemps, dit-on, le Soleil et la Lune étaient amis intimes. Ils avaient chacun des petits frères : le Soleil avait les fitaikotra (poules) et la Lune les kintana (étoiles).

Le Soleil se promenait d’ordinaire avec les Etoiles et réciproquement la Lune était accompagnée par les Poules.

Un jour elle fut invitée à assister à une fête : or la place manquait pour s’asseoir, et la Lune chercha le moyen de se débarrasser de ses petits compagnons : elle ouvrit la porte du ciel et laissa tomber le coq et la poule.

Ceux-ci touchèrent terre au milieu d’un grand village ; mais, étourdis par la chute, ils ne pouvaient se tenir droits et semblaient morts. Les gens du village crurent que c’étaient des envoyés d’un Zanahary : ils se mirent à adresser des prières à ces êtres inconnus qui restaient muets et ne faisaient aucun mouvement. Ils répétaient surtout :

« Levons ! Levons (ankohonkohoy) les enfants du Zanahary, pour que leur père nous soit propice ! »

C’est pourquoi on a remplacé le nom Fitaikotra, qui était autrefois celui des poules, par le mot Akoho, leur nom actuel, qui est la réduction de Ankohonkohoy.

Et voilà d’où vient le nom des poules.

Or le Soleil attendait avec impatience le retour de son amie Lune. Quand il la vit revenir seule, il s’écria :

« Où sont tes petits compagnons ?

- En courant devant moi, ils ont fait un faux pas, et sont tombés sur la terre, malgré les efforts que j’ai tentés pour les rattraper.

- Quel malheur ! s’écria le soleil furieux. Si je me venge, tu n’en seras pas étonnée.

- Mais, mon frère, répliqua la lune, remarque bien que ce n’est pas de ma faute, si tes frères ont été victimes de leur imprudence. En me disant que tu te vengeras, tu me forces à renoncer à être en confiance avec toi.

- Sans doute je me vengerai de celle qui est cause pour moi d’une pareille catastrophe. A partir d’aujourd’hui nous allons nous séparer, et tu te tiendras loin de moi. Jamais mes frères n’iront plus avec toi, et à ceux-là mêmes qui sont sur la terre, j’ordonnerai de se cacher au moment de ton apparition ou de celle de tes sœurs, les Etoiles. »

La lune dit de son côté :

« Eh bien ! soit ! Je vais m’en aller, et désormais je ne serai pour toi qu’une étrangère. Mes sœurs aussi se cacheront au moment où tu paraîtras, et elles se réjouiront de ton absence. »

Voilà pourquoi les Etoiles se cachent pendant le jour, et la Lune aussi.

Quand celle-ci parfois se montre en même temps que le Soleil, elle fait attention du moins de se tenir très éloignée de lui.

Quant aux poules, elles obéissent à l’ordre de leur frère Soleil, et elles rentrent dans les cases, quand les étoiles scintillent au ciel. Les coqs chantent rarement le soir, parce qu'ils sont très ennuyés de la venue des Etoiles et de la Lune. Et le chant qu’ils font régulièrement le matin est celui-ci :

« Tonga zokyô! Tonga zoky ô ! » (i).

Ils annoncent ainsi avec joie la prochaine arrivée de leur frère le Soleil.

 

(i) Viens! [notre] ainé !

Contes de Madagascar

Charles RENEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article