Poème: LE TRAIN DE LA COTE EST.... - Arlette Maillot

Publié le par Alain GYRE

 

LE TRAIN DE LA COTE EST....

 

Passagers et volailles embarquent ce matin,

En gare de TANA pour quelques heures de train.

C'est un vieux tortillard datant du far-west

Qui fonctionne au charbon, et sa fumée empeste.

 

Aux abords des gares, quelques citernes d'eau,

Pour y faire le plein quand la machine a chaud.

La côte de la Mandraka, passage impressionnant,

Dame locomotive doit prendre son élan.

 

Midi à Périnet, c'est la pause déjeuner,

Endroit très apprécié de tous les vahaza bé.

C'est aussi l'invasion des marchands ambulants,

Cuvette sur la tête, hélant les arrivants.

 

Proposant des crevettes, des mangues et des citons,

Beignets et mofy gasy, et des fruits de saison.

Ceux qui aiment le folklore en ont pour leur argent,

Et faire ce voyage n'est jamais décevant.

 

Tandis que le soleil se couche à l'horizon,

Le paysage défile, villages, cascades et ponts.

Un arrêt à Ambila, station balnéaire,

Pour tous les vacanciers qui veulent changer d'air.

 

A l'arrière des wagons, des petits balconnets,

Prévus pour les rêveurs, qui veulent s'isoler.

Les nuées d'escarbilles s'envolent dans le vent,

Pour venir se poser sur tous les vêtements.

 

Notre vieux tortillard, arrive en haletant,

En gare de Tamatave au bord de l'océan.

C'est la fin du voyage, on descend les bagages,

Pour retrouver la mer, et son immense plage.

 

OUF!  Vous êtes enfin  arrivés .....

 

Arlette Maillot

Publié dans Poèmes, Arlette Maillot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article