Poème: LES BIDONVILLES DE TANANARIVE - Arlette Maillot

Publié le par Alain GYRE

 

LES BIDONVILLES DE TANANARIVE

 

Tout autour du palais, de nombreux bidonvilles,

Parmi tous les déchets, les poubelles de la ville.

Sentiers entremêlés, et baraques de tôle,

Des coins bien mal famés, aux allures de geôles.

 

Des villes de bidons, près des parcs à cochons,

Là où sévissent les crimes, et la prostitution.

Dans cette jungle humaine, investie par le gueux,

Domaine des éclopés, parmi les plus chanceux.

 

C'est un coin bien étrange, au milieu de la fange

Où viennent roder les rats, sans qu'on ne les dérange.

Des enfants faméliques, le torse dénudé,

Ayant pour seul jouet une jante rouillée.

 

Un peuple abandonné, vivant près des cloaques,

Sous l’œil désabusé de dirigeants rapaces.

Il reste souriant, bien que ventre affamé

Pensant que Zahanary les a abandonnés.

 

Arlette Maillot

Publié dans Poèmes, Arlette Maillot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article