Conte: Rakankana et Rabibilava

Publié le par Alain GYRE

 

Rakankana et Rabibilava

Fable Tanala

Recueillie à Ivohibè (province de Farafangana).

 

Autrefois il y avait deux époux, Ramanga et Renimanga, qui eurent deux fils au bout de quarante années de mariage.

Mais l’aîné était dépourvu de pieds et d’yeux, le second avait des yeux et pas de pieds.

L’un s’appelait Rabibilava (le serpent) et l’autre Rakankana (le ver de terre).

Or un jour le chef et tout le peuple se réunirent sur une place pour s’amuser. Rakankana parla à son frère Rabililava et lui dit :

« Si tu voyais! ô mon frère! Il y a sur la place une foule de gens qui se parent, s’habillent, se coiffent! Comme ils sont beaux ! Et comme les femmes ont la chevelure bien tressée !

- Tu es heureux, Rakankana, de voir toutes ces belles choses. Prête-moi un peu tes yeux, que je puisse regarder aussi cette foule brillante.

- Je ne peux pas te prêter mes yeux, mon frère; comment veux-tu que je fasse ?

- Si, je t’en prie, mon cher frère, prête-les moi, pour que je puisse voir tous ces gens qui s’amusent.» Rakankana impatienté arracha ses yeux et les mit à son aîné,

Aussitôt qu’il eut les yeux de son cadet, celui-ci distingua très bien, et, s’écartant de son frère, s’en alla tout doucement. Rakankana, stupéfait et désespéré, s'enfonça dans la terre. Quant à Rabililava, il garda les yeux de son frère et rampa à la surface du sol, car il n’avait pas de pieds.

 

Telle est l’origine du ver de terre et du serpent. Ils sont enfants de la même mère, bien que la couleur de leur peau soit différente.

Et voilà pourquoi il y a chez les Tanala un pr verbe qui dit:

«Faire comme Rabililava, qui emprunta des yeux et ne voulut plus les rendre à leur propriétaire, mais s’enfuit avec. »

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article